En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.

Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

5032 29 7x42 0cm 300dpi

Premier long métrage réalisé par l’actrice italienne Valeria Golino (vue notamment dans Respiro), Miele aborde avec finesse le sujet sensible de l’euthanasie.

Miele est le nom de code d’une jeune femme qui, dans la clandestinité, fournit des barbituriques aux personnes condamnées souhaitant mourir.

 

La force du film réside dans sa capacité à questionner profondément sans asséner un discours partisan. La question religieuse, très présente en Italie, est totalement absente du film, ainsi que les opinions politiques, laissant le spectateur seul juge selon ses propres références.

 

Rémunérée pour ce travail, Miele n’est pas une militante démonstrative et trouve probablement un sens à sa vie dans le fait de libérer les malades qu’elle croise. Elle ment à ses proches qui l’imaginent étudiante, et effectue « ses missions » avec méthode, douceur et sang-froid.

 

Le récit se construit ainsi autour des situations dramatiques et des souffrances des personnages que Miele rencontre. Mais vient le moment où l’héroïne elle-même expose sa fragilité face à la demande de Carlo personnage énigmatique et solitaire avec lequel elle va se lier d’amitié.

 

Non dépourvu de maladresses dans sa narration, ce premier long métrage a néanmoins le mérite d'offrir une nouvelle réflexion sur cette question tabou à laquelle les sociétés contemporaines sont régulièrement confrontées.

 

OPAC Détail de notice