En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.

Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Le 9 décembre 2015, la promulgation de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, marquait ses 110 ans !.

 

L'occasion pour Régis Debray, Président d'honneur de l'Institut européen en sciences des religions, et Didier Leschi, Préfet, ancien chef du Bureau central des cultes au ministère de l'Intérieur, de proposer tant à l'information qu'à la réflexion de leurs lecteurs des situations de vie quotidienne pouvant concerner la pratique religieuse, mesurées à l'aune de la laïcité et dans l'objectif d' «éviter les heurts et faire baisser les tensions dans une société heureusement plurielle et complexe.»

Car il s'agit autant de reconnaître la liberté individuelle du citoyen (croyant de toutes confessions ou non-croyant) à affirmer ses convictions que de poser les règles de « bon voisinage » régies par la loi applicable à tous.

Les notions abordées (cantine scolaire, caricature, cloches et muezzin, édifices cultuels, injure et blasphème, liberté de l'art, services publics...) sont de celles qui font régulièrement réagir, parfois violemment.

Le lecteur trouvera aussi dans quelques articles des «exceptions qui confirment les règles » (département concordataire – à propos des exceptions alsaciennes) ou d'intéressantes mises en perspective avec des pratiques et des lois dans d'autres pays (vues de l'étranger).

A travers les cas de figure évoqués, ce vade-mecum apporte un éclairage légal qui replace les religions dans la sphère de l'intime et affirme une laïcité sociale fondée sur « l'égalité en droit de tous les êtres humains.».

Gallimard, 2016 (folio)